La Forêt domaniale du Gâvre


Propriété des Ducs de Bretagne dès le XIIIè siècle, la forêt est à l'origine de la création de la ville du Gâvre.


En 1226, Pierre Ier de Dreux, dit Mauclerc, alors Duc de Bretagne par son mariage avec Alix de Bretagne, fonda la ville franche avec de nombreux droits et privilèges sur une partie limitée de la forêt pour attirer de nouveaux habitants près de son château. 
Ainsi, selon leur hameau, ils avaient le droit de venir ramasser la litière des animaux de la forêt, de couper des arbres pour construire leur maison ou pour se chauffer, et d'y mener leurs vaches et leurs cochons pour les nourrir.
Lors du mariage d'Anne de Bretagne avec Charles VIII en 1491, la forêt fut rattachée au Domaine Royal. En 1791, elle sera incorporée au Domaine de l'Etat, et restera Domaniale jusqu'à ce jour.
Le nom du Gâvre est d'origine celtique: il proviendrait du mot "GAVR", qui désigne la chèvre, le chevreuil.
Les droits d'usage ayant entrainé des abus (coupes abusives, pâturages intensifs...) au cours des siècles, près de 17000 hectares de landes. A partir de 1858, un aménagement va fixer des objectifs que les forestiers vont tenter d'atteindre, au fil des ans.
Actuellement, la forêt du Gâvre doit satisfaire simultanément à trois objectifs :

Produire du bois de qualité (chêne et résineux)


Avec 2180 hectares de chênes, et 2245 hectares de pins, le massif forestier gâvrais produit chaque année quelques 20 000 m3 de bois par an, destiné à la tonnelerie, à l'ébénisterie, la menuiserie, la construction, le chauffage, ou, plus noble destinée encore, la construction navale.

Au XIXè siècle, la Forêt du Gâvre produisait également de grandes quantités de bois utilisé pour la fabrication de sabots. Ce sont entre 16 500 et 30 000 paires de sabots qui étaient exportées jusqu'en Amérique du Nord.  

Depuis le XVIè siècle et Colbert, le bois gâvrais sillonne en effet les mers du globe. Très récemment, c'est encore dans les hautes futaies de la forêt du Gâvre qu'on est venu s'approvisionner pour la quille de la Recouvrance , goëlette construite par la ville de Brest pour "Brest 92"; pour le Clipper du Port-Musée de Douarnenez; et pour la construction de la réplique de la frégate de Lafayette "l'Hermione", à Rochefort sur Mer.  

Notre fôret


Seule forêt domaniale de Loire Atlantique, la Forêt du Gâvre accueille le public tout au long de l'année. Pour découvrir les milieux forestiers et leurs différentes facettes, des équipements sont à votre disposition: sentiers de randonnée, sentiers sportif, sentiers pédagogiques, kiosque, arboretum, ...
 
L'Arboretum
Crée en 1996 sur d'anciennes terres agricoles, l'arboretum de la Magdeleine présente sur plus de 7 hectares une collection d'arbres du monde entier.
Une parcelle est consacrée à une présentation par groupe géographique (arbres d'Asie, d'Amérique, d'Europe, ...), tandis qu'une autre regroupe des chênes européens et nord américains. 
 
Les sentiers de randonnées
Parfaitement desservie par un réseau de pistes forestières tracées en 1810, la forêt du Gâvre se prête idéalement à la promenade.
Au nombre de 3, des sentiers de randonnées vous feront découvrir les différents visages de la forêt du Gâvre: sentier de la Magdeleine, sentier du Chêne de la Messe et sentier du Pilier.
Le circuit de la Magdeleine propose une interpretation basée sur les légendes et l'histoire, afin de développer votre imaginaire. 


Protéger les espèces rares et des écosystemes menacés


Une faune variée
Le cerf est le plus grand mammifère de la forêt du Gâvre.
Il en a été dénombré plus de 100 en 2005 (y compris biches et jeunes). Il faut cependant veiller à assurer l'équilibre entre une faune variée et des peuplements sains et vigoureux. 
Les chevreuils sont également présents en forêt, ainsi que les sangliers qui ne font qu'y passer.
 
Des hôtes discrets
La forêt offre le gîte et le couvert pour de nombreuses espèces de chauves-souris. Certaines, très forestières, logent dans les cavités des arbres où elles se reproduisent et élèvent "leurs" jeunes.
Elles se nourissent des insectes inféodés aux milieux forestiers, y compris au dessus des zones humides, des étangs et des cours d'eau.

​​​​​D'autres plus citadines ou villageoises, ne viennent en forêt que la nuit pour chasser. Leur activité est importante dans les allées forestières, le long des lisières, au dessus de l'eau, mais également dans les houppiers des grands arbres.
En forêt du Gâvre, huit espèces différentes de ces mammifères ont été identifiées à ce jour.

La forêt du Gâvre est un refuge précieux pour plus de 70 espèces d'oiseaux, dont une dizaine est d'intérêt européen.
A ce titre, la forêt est désignée pour intégrer le réseau européen Natura 2000. La diversité des essences d'arbres feuillus et résineux, les différents âges des peuplements forestiers permettent la présence de nombreux rapaces, d'une multitude de passereaux, de pics...Les oiseaux se répartissent selon les milieux, les périodes de l'année, les heures de la journée.

C'est en prenant en compte l'ensemble des êtres vivants qui composent une forêt, végétaux et animaux, que les forestiers garantissent la protection de la biodiversité, et la pérennité des milieux les plus rares.


Carte des sentiers de randonnées en forêt





Communiqué de Presse cueillette des champignons en Forêt Domaniale : Avec Modération et quelques précautions.
Voir le communiqué complet ci-dessous en pièce jointe


Calendrier des jours chassés

Il existe des jours non chassés, et des jours où la chasse n'est pratiquée que sur une partie de la forêt.
La chasse est avant tout un acte de gestion.
Elle permet de tendre vers un équilibre de la faune et de la flore et d'assurer la pérennité des forêts pour les générations futures.

Retrouvez les informations utiles sur le site de l'ONF : https://www.onf.f